Présentation et étude d’un
observatoire astronomique
Drômois ouvert au public
(CosmoDrôme)






La nébuleuse d’Orion (Photo Eric ROYER)



Présentation
Site Organisateurs
Structure
Fonctionnement


Denis CORRECHER
275 Chemin de Rolery
84170 Monteux
Port : 06.88.99.82.18
Email : correcherdenis@hotmail.fr


Avant propos :

L’astronomie est la plus vielle science connue. Les hommes ont de tous temps, avant même de trouver les outils nécessaires pour appréhender et comprendre le monde qui les entourait, lever les yeux au ciel. Ils ont très vite été fascinés par ce qu’ils voyaient « là haut » et ne pouvaient assimiler. La curiosité s’est emparée d’eux pour ne plus jamais les quitter. Elle est la source même de toute interrogation, l’essence vitale pour l’émancipation de l’esprit, l’aboutissement inévitable vers le questionnement et la perception du monde physique qui nous entoure. Lorsque nos ancêtres assistaient à un événement astronomique inattendu, (éclipse totale du Soleil) ils étaient probablement effrayés par le phénomène mais aussi très certainement fascinés par la magie et la splendeur du spectacle que la nature leurs offrait. Il a été donné réponses au cours des siècles écoulés à une grande partie des questions que l’homme s’est posé. Sa compréhension de l’univers n’a fait que s’affiner mais cette étincelle qui brillait dans ses yeux émerveillés, contemplant l’une de ces fresques célestes, ne l’a jamais abandonné. Et c’est cette petite étincelle qui persiste au fond de chacun que nous proposons de raviver. L’astronomie est une science, certes, mais qui doit rester accessible au plus grand nombre. Les méthodes pédagogiques ne manquent pas et nous proposons de les mettre à la disposition de tout public…

L’Œil qui voit et le cerveau qui sait!
Hubert REEVES



La montagne de Bergies à 1367 m d’altitude à l’amorce des pré-Alpes


Le sommet de la montagne avec les Alpes au loin


Présentation

L’astronomie loisir, rien que du plaisir.

Le but essentiel est de promouvoir et développer l’activité astronomique avec pour principale ambition la vulgarisation de cette discipline. Notre volonté est de rendre accessible à tous la possibilité de découvrir et pratiquer l’astronomie, quel que soit son niveau de connaissance. La passion qui nous anime est telle, que la partager nous apparaît comme naturel. Qui n’a jamais contemplé un ciel étoilé en s’interrogeant sur la nature de ces petits points brillants, scintillant dans le firmament ? Qui ne s’est jamais questionné sur les dimensions et l’origine de l’univers ? Qui encore n’a jamais entendu parlé de nébuleuse, galaxie, constellation, voie lactée… ces mots qui font rêver mais dont peu de personnes connaissent le véritable sens ? Qui enfin n’a jamais voulu en savoir d’avantage en consultant un ouvrage documenté ou en s’essayant modestement à la pratique de l’astronomie avec du matériel bien souvent mal maîtrisé ? Notre volonté est de mettre à la disposition de tout public, quel que soit son niveau de connaissances, un observatoire astronomique équipé d’instruments performants. Les possibilités de découvertes et de pratiques annexes correspondront aux choix de chacun et seront détaillées plus loin. Nous voudrions nous consacrer tout particulièrement à l’accueil des groupes scolaires. Des ateliers et animations seraient mis à leurs dispositions dans un cadre naturel, sur un site protégé de l’influence urbaine (éclairage public néfaste pour l’observation astronomique). Nous proposerons également les possibilités d’acquisition d’images astro-numériques (WebCam, CCD, boîtiers réflex numériques) et chacun aura le plaisir de réaliser des images personnelles dignes de celles obtenues dans les observatoires professionnels du début des années 70 (1). L’AFA (l’Association Française d’Astronomie) parraine des observatoires astronomiques privés et permanents ouverts au public. Ces sites sont qualifiés et ont le label : ’’station de nuit’’. Elles sont au nombre de 9 (source Août 2000) et nous envisageons de devenir la 10ème.


(1) : Les images qui accompagnent ce dossier ont été réalisées par les membres de l’association astronomique Drômoise D.I.O.N.E
E-mail :
correcherdenis@hotmail.fr
Internet : http://perso.wanadoo.fr/DIONE26



La position du site et des observatoires les plus proches


Vue vers l’Est et le relais TDF


Site

Mon objectif est la réalisation d’un observatoire astronomique ouvert au public sur la commune de Barret-De-Lioure, au sommet de la montagne de Bergies (1367m), dans la Drôme. La situation géographique du Sud-est Drômois est excellente au niveau de la très faible pollution lumineuse alentours (2). Le magazine mensuel Ciel & Espace a fait paraître, dans son numéro d’Août 2003, une carte détaillée du territoire Français, indiquant les zones plus ou moins exposées aux lumières parasites. Il en ressort que le Sud-est Drômois est idéalement situé. Le village de Barret-De-Lioure occupe la partie centrale d’un secteur où le ciel nocturne est protégé des lumières artificielles liées à l’activité humaine. Il apparaît notamment, sur cette carte, que l’observatoire Sirène à Lagarde d’Apt (84) et celui de Saint-Michel (04) sont moins bien situés, ce qui a renforcé notre intérêt pour une implantation sur cette commune. Il n’existe pas d’observatoire astronomique dans un rayon de moins de 25 km (ligne droite). Le plus proche est celui de Sirène, ce qui rend l’installation du CosmoDrôme dans cette zone plus que favorable, notamment pour la région et les communes proches : Monbrun-Les-Bains et Séderon. L’emplacement qui a retenu notre attention se trouve à 1367m d’altitude, ce qui permet de s’affranchir des brumes résiduelles de la vallée. Notre visite sur le site nous a permit de constater l’excellente qualité du ciel nocturne et de l’absence quasi-totale de lumières gênantes. Le champ de visibilité s’étend sur 360°, ce qui permet de ne pas limiter les observations au dessus de l’horizon. Ce lieu bénéficie de réseaux EDF, PTT et d’une route d’accès goudronnée correctement entretenue. Toutes les conditions sont réunies pour une implantation favorable de l’observatoire. Le conseil municipal s’est réuni le 10 mars 2006 et a accepté le projet à l’unanimité.

(2) : Deux tiers de la population privés d’étoiles. La contemplation d’une nuit étoilée est un plaisir dont sont privés les deux tiers de la population mondiale, et jusqu’à 99% des habitants d’Amérique du Nord et d’Europe Occidentale. Ce phénomène a pour origine la pollution lumineuse liée à l’urbanisation. L’étude a été menée par trois chercheurs, deux Italiens et un Américain. Un grand nombre de gens, dans de nombreux pays, ont une vision totalement pervertie de ce que doit être un ciel de nuit. Pour beaucoup, le ciel apparaît aussi lumineux que dans les situations où la pleine Lune est imminente. La ’’nuit’’ proprement dit n’apparaît jamais dans ces zones. .


Les principaux membres de l’association
astronomique Drômoise D.I.O.N.E :


E-mail : correcherdenis@hotmail.fr
Internet : http://www.dione26.org/

Denis CORRECHER
(Membre actif. Electronicien)
Didier GARRIOU
(Membre actif. Pépiniériste)
Bruno JACQUMIN
(Membre. Manutentionnaire)
Noël PRONESTI
(Membre actif. Chef d’équipe)
Véronique PRONESTI
(Trésorière. Employée de maison)
Claude TAVENIER
(Président. Retraité)
Vincent THERME
(Membre actif. Métrologue)


Organisateurs

Denis CORRECHER (Membre actif. Electronicien)

Je suis à l’origine de ce projet. Electronicien de formation et astronome passionné, je suis actuellement sans emploi, suite à un licenciement économique en début d’année 2004. J’ai pour principale ambition la création de ma propre activité en tant que travailleur indépendant. L’association astronomique Drômoise, D.I.O.N.E (Drôme Initiations Observations Nuits Etoilées) participe à la mise en place du projet et m’assiste activement dans un domaine essentiellement administratif. Je suis membre actif de cette association et nous envisageons des activités communes et complémentaires. Monsieur Noël PRONESTI, ami et astronome passionné, met à disposition un télescope du commerce de grand diamètre d’une valeur de 12000€. Il est chef d’équipe dans une entreprise de maçonnerie à Carpentras et m’assistera dans la réalisation des bâtiments recevant les deux coupoles. Ces constructions, ainsi que le local technique, sont autofinancées.

Didier GARRIOU (Membre actif. Pépiniériste)

Bruno JACQUMIN (Membre. Manutentionnaire)

Patrick LAUTIER (Membre. Informaticien)

Noël PRONESTI (Membre actif. Chef d’équipe)

Eric ROYER (Membre actif. Ingénieur)

Claude TAVENIER (Président.. Retraité)

Vincent THERME (. Métrologue)

Véronique PRONESTI (Trésorière. Employée de maison)




Plan de la coupole du télescope Newton de 406mm de diamètre


La coupole de 3,5m de diamètre
(Coupole de Pierre ANTONNINI. Bedoin84)
Le futur télescope Newton de 406mm
(Réalisation Denis CORRECHER)


Structure

Instruments :

Je pratique l’astronomie de façon sérieuse depuis une dizaine d’années. Mes connaissances et maîtrises dans ce domaine sont telles, que la possibilité de concevoir un observatoire astronomique réalisé par mes propres moyens techniques et financiers, m’est apparue tout de suite comme envisageable. J’ai donc commencé la construction du futur télescope en début d’année 1999. J’en suis actuellement à la phase finale. Il s’agit d’un télescope Newton de 406mm de diamètre, prévu pour l’observation visuelle et l’acquisition d’images numériques. L’investissement financier fut conséquent mais moindre que s’il s’était agit d’un instrument du commerce, d’autant plus que ses caractéristiques techniques correspondent à des choix personnels très précis. Ce télescope sera installé sous abri (coupole de 5m de diamètre) et bénéficiera d’une gestion informatique totalement automatisée. Il permettra l’observation directe, bien sûr, mais également la possibilité d’obtenir des images argentiques et surtout numériques (le développement du matériel dans ce domaine est en train de connaître une véritable révolution technologique). Pour avoir une idée des performances d’un instrument de cette taille, sachez qu’il permet de voir des étoiles 10 000 fois plus faibles que les plus faibles étoiles visibles à l’oeil nu, et en imagerie numérique l’écart est de 1 000 000. L’instrument principal sera accompagné d’un second télescope du commerce : Schmidt-Cassegrain Meade de 356mm de diamètre, entièrement informatisé, mis à disposition par Monsieur Noël PRONESTI, membre de l’association D.I.O.N.E. Cet instrument a une valeur de 12000€. Il sera lui aussi sous coupole (3,50m de diamètre). Nous envisageons également une utilisation plus ’’pointue’’ avec ce deuxième instrument, en dehors des activités pédagogiques et initiatiques, prenant alors une orientation plus scientifique, en partenariat avec les organismes compétents tel que le CNRS (recherche de supernovae extragalactique, confirmation de détection d’exo planète, etc.). L’astronomie est l’une des rares sciences qui permet, aux amateurs correctement équipés, la possibilité de participer à la recherche fondamentale. 7 instruments supplémentaires seront mis à la disposition des visiteurs pour l’initiation et l’apprentissage de l’utilisation du matériel d’astronomie.


Lunette Képler D70, F350 avec trépied
Lunette Képler D80, F400 avec trépied
Lunette Képler D120, F1000 (tube seul) 
Lunette Képler D150, F750 sur monture EQ5 motorisée
doubles axes, trépied aluminium 
Lunette Célestron D150, F1200 (tube seul)
Lunette H.Alpha Coronado PST D40, F400
Télescope Schmidt-Cassegrain D203, F2000 sur monture
GP motorisée doubles axes, trépied bois                              


Lunette H.Alpha PST Coronado



Plan de la coupole du télescope Schmidt-Cassegrain de 356mm de diamètre


Une vue approchante de la coupole de 3,5m de diamètre
Noël PRONESTI et son LX200 Meade
Schmidt-Cassegrain de 356mm



Lunette Képler D70, F350
Lunette Képler D80, F400
Lunette Képler D120, F1000
Lunette Képler D150, F750
Lunette Célestron D150, F1200
Télescope Celestron S-C, D203, 2000


Construction :

Comme indiqué ci-dessus, deux coupole seront mises en place pour abriter les deux télescopes. La première, chronologiquement parlant, recevra le T406 et sera en grande partie réalisée par mes soins. Je me propose donc de procéder à sa réalisation après avoir déjà construit intégralement le télescope de 406mm (financements personnels). Ses caractéristiques sont mentionnées sur le document accompagnant ce dossier. Cette structure ce compose d’un rez-de-chaussée qui servira de sale de contrôle à l’instrument et accueillera le matériel informatique ainsi que l’ensemble des accessoires optiques et d’un étage abritant le télescope (coupole) pouvant accueillir 5 personnes. L’alimentation électrique sera connectée sur le réseau EDF déjà disponible sur le site (relais PTT/TDF) Les connexions téléphoniques disposent elles-mêmes d’une ligne existante sur le site et une antenne WiFi se trouve également sur le lieu. Les structures respecteront bien évidement les normes en vigueurs imposées par les organismes compétents et se confondront dans ce cadre naturel (utilisation de matériaux non polluants). Un petit local technique pour l’asservissement de la structure (40m²de surface au sol) servira notamment de lieu de vie pour les personnes exploitant l’observatoire et de salle de conférences. Il serait ainsi possible de ne pas laisser le lieu sans surveillance et ce local servirait notamment de point d’accueil pour le public en visite. Des toilettes ’’bio’’ entièrement respectueuses de l’environnement seront installées et mises à la disposition du public.


Accueil :

Un hébergement étant nécessaire pour les séjours prolongés, des gîtes d ‘étapes alentours seraient susceptibles de les accueillir, sans compter sur les structures d’accueil plus immédiates. La proximité d’hébergements par rapport à l’observatoire est plus qu’évidente. Les communes alentours telles que : Monbrun-Les-Bains, Séderon, Ville-Franche-Le-Château et surtout Barret-De-Lioure permettront ces hébergements dans un cadre agréable et convivial. Nous établirons une liste précise de ces lieux d’accueil qui sera mise à la disposition des futurs visiteurs du site. L’activité de l’observatoire aurait donc des retombées positives et réelles pour le tourisme local.



Soleil et tâches
(Denis CORRECHER. A84)
Soleil en H.Alpha
(Denis CORRECHER. A84)
Lune gibbeuse
(Denis CORRECHER. A84)
Mars la rouge
(Noël PRONESTI. A84)
Jupiter et l’ombre de Io
(Eric ROYER. A84)
Saturne et ses anneaux
(Denis CORRECHER. A84)

Fonctionnement
Les activités :

Initiation théorique :


Conférences didactiques sur des thèmes astronomiques fondamentaux (notions de bases, le système solaire, la mécanique céleste, l’univers à grande échelle, l’exploration spatiale, la vie dans l’univers, etc.) Discutions basées sur le principe des question/réponses, pour rendre l’approche scientifique plus conviviale, avec accompagnements explicatifs sous forme de diaporamas.
Mise à disposition de documentations papier (ouvrage de vulgarisation et d’initiation) ou informatiques (logiciels de cartographie céleste).
Un accompagnement sélectif sera effectué par les intervenants en rapport aux différences d’ages et de niveaux de connaissances des participants. Sept rubriques principales proposées pour un apprentissage progressif :

Sept rubriques principales proposées pour un apprentissage progressif :

  1. Le système solaire (l’étoile Soleil et ses planètes, les comètes et astéroïdes, la ’’conquête’’ spatiale). Un parcours initiatique représentant le système Solaire à l’échelle 1/10 Milliardième sera disposé tout au long du chemin d’accès à l’observatoire. Il permettra d’avoir une idée concrète des dimensions de notre système dans une démarche ludique et conviviale. Les tailles et distances réelles seront conservées à cette échelle.
  2. Etoiles et constellations (les jalons stellaires et repères géométriques fictifs).
  3. La voie lactée (notre galaxie et ses constituants).
  4. Le cosmos (au delà de notre galaxie, aux confins de l’univers).
  5. Le ciel dans l’histoire (de nos ancêtres à nos jours, les grands philosophes, la mythologie, les théories successives).
  6. Instruments et méthodes (les techniques passées et modernes d’observations).
  7. La vie dans l’univers (nos connaissances sur l’exobiologie et la recherche de signaux extraterrestres).

Des débats sur les théories cosmologistes actuelles, le développement des moyens d’observation et d’études, la place de l’homme dans l’univers, l’émergence et l’adaptation de la vie sur terre, l’origine et le devenir du cosmos, etc. seront abordés avec la possibilité pour chacun d’intervenir et d’exprimer librement ses convictions personnelles. Des sujets aussi variés qu’instructifs, tel que l’activité de l’homme et ses implications directes sur l’environnement, pourront être abordés, la liste n’étant pas exhaustive.



Nébuleuse de la tête de cheval
(Eric ROYER. A84)
Galaxie du Triangle
(Denis CORRECHER. A84)
Comète Hale-Boop
(Denis CORRECHER. A84)
Galaxie d’Andromède
(Denis CORRECHER. A84)
Nébuleuse de la Rosette
(Eric ROYER. A84)
Nébuleuse Dumbell
(Noël PRONESTI. A84)


Observation sur le terrain :

Trois étapes progressives pour l’initiation à l’observation et l’imagerie astronomiques :

      1. Découverte du ciel à l’œil nu avec repérage des principales étoiles et constellations. Utilisation des cartes et atlas (supports papier/informatique) pour l’identification des objets célestes. Déterminer la différenciation, à l’oeil nu toujours, entre étoiles et planètes (selon la période de visibilité de celles-ci). Analyser la couleur des étoiles par simple perception visuelle. Apprendre à mesurer l’éclat respectif des astres (magnitude). Accoutumance à la vision nocturne pour une meilleure perception des objets faibles.

      2. Utilisation de jumelles (premier instrument astronomique) et matériel d’initiation. Chaque personne pouvant amener sa propre lunette ou télescope avec possibilité d’aides techniques fournies par les animateurs présents. Nous aborderons les différentes formules optiques du moment et les écarts entre divers types de montures. Apprentissage et amélioration des techniques instrumentales. Observation de l’univers proche (planètes, étoiles doubles, Soleil* et comètes) à l’univers lointain ou ciel profond (amas, nébuleuses, galaxies et quasars). Etude des possibilités d’imagerie astronomique en argentique et numérique (principalement axée sur l’utilisation des WebCam détournées de leur fonction première pour une application astronomique).

      3. Utilisation du grand télescopes sous coupole (406 mm) pour ’’redécouvrir’’ le ciel et les objets déjà observés, ou poursuivre les travaux astrophotographiques, avec des moyens semi professionnels. Pilotage entièrement automatisé, via l’informatique, de l’instrument. Les participants pourront également effectuer des prises de vues numériques personnalisées et les conserver. Observation du Soleil* à l’aide d’un coronographe (protubérances), filtre H.Alpha (facules et granulations) et filtre pleine ouverture, au 1/100 000ème, en lumière blanche (tâches).

* : Le Soleil est une ’’cible’’ dangereuse. Son observation, sans les moyens de protection adaptés (filtre pleine ouverture au 1/100 000ème), peut provoquer une cécité définitive et irrémédiable de l’œil. Surtout parce que, les brûlures produites principalement par la lumière infrarouge sont indolores. En conclusion : n’observez jamais le Soleil directement ou avec des moyens rudimentaires (pellicule photo, masque de soudeur, CD.Rom, etc.).



Lune gibbeuse (Photo Vincent THERME. Andromède84)


Prestations
- Découverte -


Balade céleste :
Jour :

- Le système solaire (l’étoile Soleil et ses planètes, les comètes et astéroïdes, la ’’conquête’’ spatiale). Un parcours initiatique représentant le système Solaire à l’échelle 1/10 Milliardième est disposé tout au long du chemin d’accès à l’observatoire. Il permet d’avoir une idée concrète des dimensions de notre système dans une démarche ludique et conviviale. Les tailles et distances réelles sont conservées à cette échelle.

- Visite de l’observatoire et de son principal instrument (télescope Newton de 406 mm de diamètre).

- Le ciel dans l’histoire (de nos ancêtres à nos jours, les grands philosophes, la mythologie, les théories successives).

Nuit* (jusqu’à 22h00 hiver, 02h00 été) :

- Découverte du ciel à l’œil nu : étoiles et constellations (les jalons stellaires et repères géométriques fictifs).

- Utilisation de cartes du ciel et éphémérides pour mieux se repérer.

- Observation aux instruments** et notamment au T406.

L’oreille dans les étoiles :
Nuit* (durée illimitée) :

- La voie lactée (notre galaxie et ses constituants).
- Le cosmos (au delà de notre galaxie, aux confins de l’univers).
- Instruments et méthodes (les techniques passées et modernes d’observations, apprendre à maîtriser son instrument).
- La vie dans l’univers (nos connaissances sur l’exobiologie et la recherche de signaux extraterrestres).
- Observation aux instruments** et notamment au T406.



La voie lactée (Photo Eric ROYER. A84)


Le télescope de 635 mm de l’observatoire de Saint-Michel


- Perfectionnement/technique -


Initiation à l’astronomie :
Jour :

- Le système solaire (l’étoile Soleil et ses planètes, les comètes et astéroïdes, la ’’conquête’ spatiale). Un parcours initiatique représentant le système Solaire à l’échelle 1/10 Milliardième est disposé tout au long du chemin d’accès à l’observatoire. Il permet d’avoir une idée concrète des dimensions de notre système dans une démarche ludique et conviviale. Les tailles et distances réelles sont conservées à cette échelle.

- Observation de notre étoile Soleil*** (Taches, protubérances, filaments gazeux).

Nuit* (durée illimitée) :

- La voie lactée (notre galaxie et ses constituants).
- Le cosmos (au delà de notre galaxie, aux confins de l’univers).
- Instruments et méthodes (les techniques passées et modernes d’observations, apprendre à maîtriser son instrument).
- Premier contact avec les moyens d’acquisition d’images astronomiques (WebCam et APN numériques).
- Observation aux instruments** et notamment au T406.

Initiation aux techniques d’imagerie numérique :

Jour :

- Apprentissage des diverses techniques d’acquisition d’imagerie numériques :
1. WebCam et APN (pour astronomes débutants).
2. CCD (pour astronomes affirmés).
- Découverte et maîtrise des logiciels de capture et traitement numérique.

Nuit* (durée illimitée) :

- Essais de captures par les participants d’images planétaires et traitements informatiques (WebCam et APN, sous assistance techniques, selon la période de visibilité).
- Essais de captures par les participants d’images du ciel profond et traitements informatiques (WebCam, APN et CCD sous assistance technique).

Location télescope sous assistance technique (2nuits minimum) :
Jour :

- Découverte du site et du télescope (apprentissage technique à sa manipulation).
- Détermination des programmes d’observations ou d’astrophotographie du séjour.

Nuit* (durée illimitée) :

      - Location du télescope et de l’ensemble des accessoires par les participants (sous assistance technique).

* : Pour des raison de basses températures nocturnes en Janvier, Février, Mars et Décembre, les nuits d’observation ne sont pas destinées aux enfants.
** : Le public est invité à apporter son propre matériel.
*** : Le Soleil est une ’’cible’’ dangereuse. Son observation, sans les moyens de protection adaptés (filtre pleine ouverture au 1/100 000ème), peut provoquer une cécité définitive et irrémédiable de l’œil. Surtout parce que, les brûlures produites principalement par la lumière infrarouge sont indolores. En conclusion : n’observez jamais le Soleil directement ou avec des moyens rudimentaires (pellicule photo, masque de soudeur, CD.Rom, etc.).